LED lumière bleue : c’est quoi exactement ?

La LED lumière bleue est mise en cause régulièrement dans les médias. Cette lumière bleue des LEDs est-elle toxique ? Le nouveau dossier de presse de l’Anses paru le 14 mai 2019 donne des éléments de réponse à cette question.

Excès de lumière bleue, déséquilibre du spectre,  scintillements, certaines LEDs sont clairement à déconseiller.

Les conséquences potentielles sur la santé et la sécurité sont avérées : troubles du sommeil, vision altérée, maux de tête, accidents, crises d’épilepsie, etc…

Dans ces circonstances, comment choisir un éclairage sans danger ?

Qu’est-ce qu’une LED lumière bleue ?

Tout d’abord, la lumière bleue est présente dans le spectre de tous les éclairants. Le bleu est présent dans le spectre de la lumière naturelle et de tous les éclairants artificiels quelle que soit la technologie utilisée (halogène, fluorescente ou LED).

Vous pouvez le constater dans de le spectre de la lumière naturelle ci-dessous :

L’important est l’équilibre du spectre

En observant le spectre de la lumière naturelle, nous constatons la présence de l’ensemble des couleurs de l’arc en ciel y compris le bleu.

La lumière naturelle est dite à spectre complet (présence de toutes les couleurs dans des proportions équilibrées).

En éclairage artificiel, la régularité et la constance du spectre est loin d’être une réalité pour la plupart des éclairants.

Pour le cas particulier des LEDs, on note effectivement une prépondérance du bleu et une faiblesse voire une absence de rouge. Et c’est là que réside le problème.

L’excès de lumière bleue par rapport aux autres couleurs peut être préjudiciable. Car la lumière bleue possède des propriétés qui ont une influence sur notre équilibre hormonal.

Que fait la lumière bleue

Des effets sur le rythme circadien

La lumière bleue plus précisément les longueurs d’onde dans le bleu bloquent la production de mélatonine (hormone du sommeil) et à l’inverse déclenche la production de sérotonine (hormone de l’éveil).

On comprend, dès lors, qu’un éclairage artificiel riche en lumière bleue entraine un regain d’énergie et de vigilance pendant la journée. En revanche, en soirée, ce type d’éclairage peut à l’inverse bloquer la production de mélatonine. Cela peut entrainer des troubles du sommeil, des insomnies chez certaines personnes.

C’est le constat que fait l’Anses dans son rapport, un excès d’exposition aux éclairants de type LED lumière bleue en soirée nuit à l’endormissement, à la qualité et à la durée du sommeil.

Les appareils LED mis en cause sont principalement des éclairages décoratifs à LEDs bleues, les écrans de smartphones, tablettes, ordinateurs et télévisions.

Un excès de lumière bleue peut provoquer des dommages sur  la rétine ou encore des sensations d’œil sec.

LED lumière bleue et éblouissement : danger

Le facteur éblouissement est un point sensible de l’éclairage LED en général. Le taux d’éblouissement est plus important pour les LEDs que pour les autres types d’éclairants (fluorescent, halogène).

Cependant de fortes disparités existent en fonction de la qualité des produits et notamment de la qualité des diffuseurs qui contribuent ou non à supprimer la sensation d’éblouissement.

Ainsi, les spots LEDs sont particulièrement montrés du doigt comme facteurs d’éblouissement . Il sont fortement déconseillés pour les enfants, les personnes âgées et les populations sensibles.

Un confort visuel perfectible

Enfin, le confort visuel est lié à l’indice de rendu des couleurs (IRC) des LEDs. Pour rappel, l’indice de rendu des couleurs parfait est de 100 (lumière naturelle).

Dans ce domaine, les LEDs atteignent en moyenne des valeurs d’IRC aux alentours des 80/100 en « Ra ». Cette méthode de calcul de l’indice de rendu des couleurs « Ra » est basée sur 8 couleurs et exclut notamment la couleur rouge. A contrario l’indice de rendu des couleurs « Re » est calculé sur 15 couleurs incluant le rouge.

Voir un exemple de calcul de deux tubes led dans les tableaux ci-dessous :

La valeur d’IRC obtenue peut varier sensiblement selon la méthode de calcul… Un IRC de 80  représente un confort correct mais très imparfait par rapport à la lumière naturelle.

Scintillements, effets stroboscopiques, effet de réseau fantôme

Ces phénomènes peuvent être plus ou moins présents, ils dépendent de la qualité de l’électronique (driver) de l’éclairant LED. Néanmoins, ces inconvénients ne sont pas perceptibles pour les meilleurs produits LEDs.

Cependant, l’Anses indique dans son étude qu’un produit LED sur deux testés présente ce type d’inconvénients.

Seuls les meilleurs luminaires LED ne présentent pas ces problèmes.

En conclusion : bien choisir les LEDs

Excès de lumière bleue, déséquilibre du spectre, scintillements, certaines LEDs sont clairement à déconseiller. Car elles présentent des conséquences potentielles sur la santé et la sécurité : sommeil perturbé, vision altérée, maux de tête, accidents etc…

Une attention particulière est à porter aux populations plus fragiles : enfants, personnes âgées, personnes malades.

Dans ces circonstances, comment choisir un éclairage sans danger ?

Deux alternatives peuvent être envisagées :

  • Choisir des produits LED de bonne qualité avec à la fois une couverture spectrale équilibré et un système électronique de qualité (flicker free, sans scintillement)
  • Choisir des solutions à base de tubes fluorescents à spectre complet et de luminaires haute fréquence

Cette dernière solution reste incontournable pour certains métiers (domaine des arts) et pour les animaux en général.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous contacter pour tout conseil et vous orienter dans vos choix.


Références :

  • dossier de presse de l’Anses du 14 mai 2019 – Effets sur la santé humaine et sur l’environnement des systèmes utilisant des LED – Expertise Anses 2019
  • Saisine n° « 2014-SA-0253 » – Effets sur la santé humaine
    et sur l’environnement (faune et flore) des diodes électroluminescentes (LED) – Avis de l’Anses – Rapport d’expertise collective d’avril 2019, édition scientifique

Les commentaires sont fermés